Accueil

Les lampes de luminothérapie

 

Les lampes de luminothérapie

 

La médecine a depuis le XIXe siècle fait appel à la lumière naturelle pour ses bienfaits thérapeutiques. Cette lumière est synthétisée dans cette application et intervient dans le domaine du traitement psychiatrique de la dépression et de l’insomnie. Spécialement dans les pays nordiques, le manque de lumière naturelle peut en effet affecter le métabolisme et l’état général de l’individu. N’importe quelle source de lumière ne peut malheureusement servir comme lampe de luminothérapie. Il est nécessaire que la lampe réponde à des critères sur la qualité de la lumière, son intensité, mais également sur la protection contre les rayons UV qu’elle procure.

 

 

Les pathologies concernées

 

Avec l’action de la lumière sur le corps humain, il est possible de traiter diverses pathologies. La lampe de luminothérapie médicale agissant sur le métabolisme permet entre autres de traiter les dépressions, mais également certains troubles, comme celles liées au sommeil ou au décalage horaire.

 

La dépression

 

Les troubles de dépression liés au manque de lumière affecter une portion considérable de la population. Ces troubles se manifestent spécialement durant l’hiver, mais peuvent également affecter certaines personnes durant toute l’année. La dépression se manifeste beaucoup plus en hiver, ce qui amène à distinguer la “dépression hivernale” de la “dépression  non saisonnière”.

Le premier type touche environ 20% de la population et le luminaire luminothérapie participe à atténuer, voire même à soigner les symptômes. Cette dépression se manifeste généralement par une baisse de l’énergie, des troubles alimentaires ou des troubles du sommeil. Environ 3% de la population n’arrive plus à travailler, ces cas font partie de la dépression saisonnière hivernale.

 

Trouble du sommeil et décalage horaire

 

Les cycles de sommeil et d’éveil de l’homme sont associés à une certaine horloge qui marque les heures de lever et de coucher. Certaines personnes peuvent alors présenter des décalages en allant se coucher très tôt ou très tard.

Les personnes se déplaçant de fuseau horaire peuvent également souffrir de ce décalage et montrer des signes de somnolence ou d’éveil aux mauvais moments. Les lampes de luminothérapie peuvent servir de traitement efficace pour ces situations. On l’applique alors à différentes heures en début ou en fin de journée pour stimuler le sujet.

 

Autres troubles

 

Durant ces années d’existence, la lampe de luminothérapie a également fourni des preuves quant à son efficacité sur d’autres pathologies. Ainsi, elle peut servir dans la remise à l’heure de l’horloge biologique, suite à de grands stress ou fatigues. On peut également l’envisager pour traiter les fatigues chroniques ou les troubles prémenstruels.

D’autres applications ont également montré une efficacité dans l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer, l’abstinence d’alcool, la prise de poids ou la sénilité des personnes âgées. Pour ces dernières, la lumière de luminothérapie permet de régulariser les cycles du sommeil, en exposant les sujets à de la lumière vers la fin de la journée. Comme les personnes âgées s’endorment généralement tôt pour se réveiller tôt, ce traitement leur permet de trouver le sommeil la nuit.

 

Effets indésirables

 

A priori, la luminothérapie n’a pas de graves effets secondaires. En effet, les matériels utilisés dans ce domaine sont pourvus de filtres ultra-violet et infrarouge qui permettent de diffuser une lumière sans danger. Néanmoins, certains signes ou gênes peuvent se rencontrer en début de traitement. Certaines personnes présentent parfois des maux de tête ou de l’insomnie.

 

Comment utiliser la lampe

 

Malgré l’apparente bénignité de la lampe de luminothérapie, il est nécessaire d’en faire usage dans les meilleures conditions pour  en espérer les meilleurs résultats. Il ne faut pas également oublier que la lampe de thérapie sert initialement à traiter, du moins à soulager certains symptômes.

On n’obtient les meilleurs résultats qu’en respectant les indications à la lettre. Les sujets peuvent cependant profiter d’une grande liberté dans leurs mouvements et leur mobilité domestique ne sera pas affectée par les traitements à la lampe de luminothérapie.

 

Le meilleur moment

 

Les lampes de luminothérapie peuvent être utilisées à tout moment de la journée. Les meilleurs résultats s’obtiennent cependant le matin. Juste après le réveil, il est possible de s’exposer durant le petit déjeuner. On peut également profiter des premières heures au travail pour une petite séance de luminothérapie.

Malgré que les séances soient généralement conseillées le matin, notamment pour l’influence des expositions sur le sommeil, des séances en fin de soirée sont également prescrites. Spécialement, afin de résoudre les troubles du sommeil, des expositions sont prévues exceptionnellement en fin de soirée.

 

La bonne exposition

 

Pour bénéficier des meilleurs résultats d’une lampe de luminothérapie, il ne suffit pas de les allumer aux meilleures heures. Le sujet devra également être dans les meilleures conditions d’exposition. Pour cela, deux critères devront être pris en compte, la distance avec l’appareil et le temps passé sous la lumière. Comme il existe différents modèles de lampes de luminothérapie, la distance optimale d’exposition n’est pas fixe.

Elle peut varier de 60 à 110 cm de la source lumineuse. La durée de la séance dépendra également de la distance par rapport à la source de lumière. En règle générale, plus le sujet sera près de la source de lumière, plus le traitement sera efficace. Quant à la durée d’exposition, tout dépendra également de la puissance de la source et la distance à laquelle se trouve le sujet. Elle peut varier d’une demi-heure à deux heures.

 

Les conditions générales

 

Une lampe de luminothérapie éclaire avec une lumière qui synthétise celle naturelle du soleil. Les adeptes remarqueront également que l’utilisation de ces appareils n’entrave en rien l’exercice d’autres activités domestiques ou professionnelles. Il suffit juste que la lampe reste dans le champ de vision du sujet. Ce dernier pourra alors vaguer à ses activités habituelles, comme le travail, les repas, la télévision ou l’ordinateur.

 

Comment choisir une lampe

 

Toutes les sources de lumière ne peuvent pas forcément servir à la luminothérapie. En effet, malgré que cette thérapie fonctionne par rapport aux bienfaits qu’une lumière apporte, il est néanmoins nécessaire que la source de lumière respecte certains critères.

Les lampes de luminothérapie doivent alors fournir l’intensité lumineuse nécessaire. Elles existent également sous différentes formes pour remplir tous les besoins des utilisateurs. Finalement, ces derniers peuvent se fier aux normes en vigueur pour ne pas se tromper sur la qualité des produits.

 

L’intensité de la lumière

 

Pour que les lampes de luminothérapie soient efficaces, il est nécessaire qu’elles produisent une certaine intensité lumineuse. L’unité de mesure de celle-ci est le “lux”. La lumière naturelle du soleil atteint durant les journées découvertes d’été, une intensité de 100 000 lux. Dans une habitation standard, cette intensité tourne autour des 50 à 100 lux.

Lorsque viendra l’heure de choisir une lampe, il est alors très important de vérifier l’intensité lumineuse d’un appareil. Plus la lumière est intense, moins il faudra de temps pour les séances d’exposition. Une séance d’une demi-heure devant une lampe de 10 000 lux équivaut par exemple à une séance de deux heures avec une lampe de 2 500 lux.

 

Les normes en vigueur

 

Comme pour tous les autres produits sur le marché, les lampes de luminothérapie sont également pourvues de normes, qui garantissent la qualité de ces produits. Ces normes prouvent également l’efficacité des appareils, mais surtout de la sécurité d’utilisation. En effet, toutes les sources de lumière sont susceptibles d’émettre des rayons qui peuvent être nocifs pour la santé de la peau.

Les lampes thérapeutiques sont alors dotées d’écrans ou de filtres pour les stopper.

La norme “CE médical” (93/42/CEE) oblige les constructeurs à informer le consommateur et fait foi que les fabricants répondent à des normes spécifiques de sécurité. Les produits ne délivrent pas de rayons nocifs ultraviolets pour l’épiderme. Certaines autres normes, comme la “norme IP44” apposée sur les produits résistant à une projection d’eau, garantissent également auprès des consommateurs de la qualité des produits.

 

Les différentes formes de lampes

 

Compte tenu des différents besoins en lampes de luminothérapie, les constructeurs ne se sont pas seulement cantonnés à créer des appareils puissants et esthétiques. Ils ont également pensé à l’ergonomie et ont imaginé les diverses situations d’utilisation de la lampe. On trouve alors aujourd’hui sur le marché diverses formes de lampes. Il est possible de choisir des formes classiques, pour des destinations classiques ou plutôt d’opter pour des gadgets un peu plus exotiques.

La lampe murale est la forme la plus classique. Elle peut se poser partout en diffusant une lumière homogène. Ce type d’appareil est décliné avec différentes intensités. Son plus grand avantage est de laisser à plusieurs personnes le plaisir de bénéficier d’une seule source de lumière, dans le salon, au bureau ou dans une salle à manger, tout en continuant les autres activités.

On trouve également sur le marché la forme de bureau. Souvent de moindre intensité, ces lampes de luminothérapie permettent à une personne seule de profiter des bienfaits de la lumière au bureau ou dans sa chambre, tout en continuant de travailler.

Peu à peu, on voit également prendre place sur les rayons spécialisés, des lampes de luminothérapie qui sont beaucoup plus apparentées à des gadgets. On trouve par exemple des lunettes qui diffusent de la lumière sur le visage. Celles-ci sont pratiques pour la mobilité qu’elles procurent, mais nécessitent de changer souvent les piles.