Accueil

Guide sous-vêtements et lingerie

 


Introduction :
Vous souhaitez acheter moins cher ? Connaître tout sur les sous-vêtements et la lingerie pour faire un cadeau ? Dans ce cas, cet article est fait pour vous ! Il vous permettra d’apprendre et de mieux comprendre, afin de bien comparer ! Suivez le guide…



Image

Utilisation :

Les sous-vêtements correspondent aux vêtements que l’on porte à même la peau. Ils sont la plupart du temps liés à l’hygiène, mais peuvent aussi correspondre à des vêtements d’intérieur qui correspondent à de la coquetterie comme la lingerie, ou encore être liés un certain confort, comme le peignoir de bain ou la robe de chambre.

Historiquement, la fonction principale du sous-vêtement était de prévenir les frictions sur la peau occasionnées par les coutures internes des costumes des gentils hommes. Aujourd’hui, les fonctions des sous-vêtements sont bien plus diverses. Par exemple, le corset, la gaine et la culotte ventre plat, permettent d’effectuer un remodelage du corps en le confinant dans un espace prédéfini. Certain sous- vêtements permettent de protéger le corps des températures extrêmes.  On peut encore trouver des sous-vêtements, dont le but est de limiter ou encore de faciliter la sudation. En effet les sous-vêtements longs permettent d’absorption de la sueur, alors que certaines combinaison sportives ou « sweat suits » maximisent la sudation pour augmenter la perte de poids.

Historique :

L’histoire du sous-vêtement est bien souvent liée à l’hygiène. Le « tricot de peau » est le premier sous-vêtement utilisé dans cette optique. En effet, au 19ème siècle, il permettait de préserver sa chemise blanche de toute tâche occasionnée par le corps.  Ce système s’est répandu car changer de chemise était trop couteux.
Pendant prêt de 100 ans, les slips et boxers étaient les modèles disponibles au public. Ce n’est que dans les années 1970 que la dimension de l’esthétique commence à prendre de l’envergure. A cette époque, les magasins commencent à proposer une offre plus variée en terme de taille, matière, etc.
Le sous-vêtement devient alors progressivement un objet de mode et on peut observer aujourd’hui une diversité pour l’homme quasiment équivalent que cette offerte au rayon femme.

Image

Le soutien-gorge :

C’est à l’époque des Romains et des Grecs, que l’on voit l’apparition de la « apodesme ». En effet, l’idée de l’époque de l’harmonie rejette l’idée du sein tombant. Elle sert donc à emprisonner le sein afin de freiner leur croissance. La fascia laissera progressivement place aux premiers soutiens gorge de cuit mous ayant pour but d’écraser le sein. Cette pratique disparaitra avec la chute de ces empires.

Ce n’est qu’au 12ème siècle que le corsage ou « gorgerette » reviendra compresser le buste féminin pendant prêt de trois siècles. Et ce n’est qu’à la fin de cette longue période qu’il sera de nouveau mis en évidence, pour laisser place à l’expression naturelle des formes féminines.

Ce n’est qu’à l’époque de Charles Quint et Henri II que les femmes se voient forcées de porter des robes sombres et fermées jusque sous le menton. Cependant c’est avant la révolution que les corsets vont progressivement passer d’un objet restrictif, à un véritable objet de coquetterie et de mode. C’est le retour des décolletés. Il permet la mise en valeur plutôt que la restriction. Un progressif mouvement de « retour à la nature » débutera une bataille anti corset par le corps médical qui les considèrent comme des « pressoirs à cops ».
C’est vers le début du 19ème siècle que le terme de « soutien-gorge » apparaît et remplace le terme de l’époque de « linge de corps ». C’est à cette époque que son ornementation se développe complètement, avec : les dentelles, les broderies, etc.

C’est au moment de la première guerre mondiale que les femmes se mettent massivement à porter la gaine. Pendant que les hommes sont partis faire la guerre, de nombreuses femmes pratiquent toutes les activités de la vie commune. Le corset laisse définitivement sa place, et disparaitra de l’utilisation quotidienne de la femme moderne. Il ne sera utilisé que spécifiquement, pour des raisons plus esthétiques que pratiques.

Le soutien-gorge tel qu’on le connaît aujourd’hui à été inventé par une américaine du nom de Mary Phelps Jacob (dite Caresse Crosby). Elle fabriqua en 1913 son propre modèle en utilisant des mouchoirs et des épingles de sureté. N’ayant pas le succès commercial espéré, elle cèdera son brevet à la compagnie « Warner » qui, après dix ans de recherche et développement, et qui popularisera le sous-vêtement avec la création des différents standards que nous connaissons aujourd’hui (taille de bonnets de A à E, bretelles élastiques, bonnet moulé dans la couture pour un plus grand confort, etc.). C’est avec l’utilisation de textiles tels le nylon et le lycra avec des atouts uniques, que son utilisation va exploser.  Le nylon permettra tout d’abord qui apportera aux modèles leur brillant, leur solidité, permettant de sécher vite et de ne pas avoir besoin d’être repassé. L’invention de lycra viendra elle aussi révolutionner le soutien-gorge. Cette fibre de synthèse élasthanne (ou spandex) offre une élasticité sans déformation, il augmente le maintient et la résistance, améliore le séchage, et permet en se rajoutant à des tissus existants comme la soie, de conférer des propriétés excellentes. Il est important de ne pas faire l’amalgame : « utilisation du lycra » avec « tissu synthétique ». Par exemple, combiné avec du coton ou de la soie, le résultat conserve la qualité de la fibre majoritaire. Le lycra ne peut pas être coloré, il est donc toujours recouvert de tissu de nylon.

Image

Le lycra  (élasthanne) :

L’élasthanne est une fibre synthétique. Elle bien plus connue sous le nom commercial LYCRA déposé par la marque Spandex. Cette fibre est particulièrement réputée pour ses propriétés élastiques. En effet, sa résistance correspond à 600% d’allongement avant sa rupture. Il est important de noter que le tissu retrouve ses dimensions d’origine sans subir de déformation au repos. Mise au point pendant les années 50 par la société DuPont, est un dérivé du polyuréthane aux propriétés de résistance bien plus résistant que le latex, et qui va progressivement créer un révolution au sein de l’industrie textile dans des domaines spécifiques.
L’élasthanne est introduit tout d’abord en tant que fibre dans des vêtements sportifs (cyclisme, dance, natation, etc..) et s’élargi progressivement d’autres usages. Il est aujourd’hui utilisé à tous les niveaux, y compris dans la haute couture et le prêt-à-porter.
C’est grâce à l’explosion du succès de la fibre et de son fort développement au dans le monde entier que DuPont est devenu un pionnier de la recherche chimique appliquée aux textiles. Ce groupe a en effet mis au point au fil des années différents textiles à fort succès : Néoprène, Teflon, Kevlar, lycra et Nylon.
Cette fibre est un des produits les plus utilisés dans les composés chimiques constituants les sous-vêtements. Elle est appréciée des consommateurs pour son élasticité et sa fonction de maintient du corps. Elle permet une aisance de mouvements, ce qui augmente le caractère confortable du vêtement.

Image

Le Nylon :

C’est une matière plastique polyamide qui est principalement employée dans la manufacture de fibres et produits textiles dont les nom vient de la contraction NY (pour New York) et LON (pour London). La molécule correspondante employée tout d’abord dans des produits tel que la toile de parachute pour la deuxième guerre mondiale. C’est alors que née l’expression : « Now You’ve Lost Old Nippons ».
A la fin de la guerre mais est bien souvent associé dans l’esprit des gens à un produit fare de l’industrie du sous-vêtement dont le développement explose à cette époque : les bas pour femmes. Il était distribué à la libération par les américains aux européens, ce qui participa à son fort succès. Cette matière plastique continue de se développer dans de nombreux domaines. On la retrouve dans les sous-vêtements pour certaines de ses caractéristiques : élasticité, transparence, etc.

Image

La lingerie :

Elle correspond à une sous-catégorie de sous-vêtements. Ce sont ceux qui se portent de nuit. Ils sont souvent de faible épaisseur et peuvent avoir une dimension cosmétique (forme, ornements, broderies, dentelles, etc.)
Appelés dans les temps anciens « linge de corps », ils sont généralement synonymes de sous-vêtements féminins, même si on peut parler aujourd’hui de « lingerie masculine ». Ce deuxième terme vient d’ailleurs préciser le premier pour en préciser le sens.

Depuis le milieu du XXème siècle, on voit progressivement ce produit de consommation se rattacher à la mode. Il n’y a plus une forme standard et une seule couleur (le blanc en l’occasion). La lingerie devient en effet un vêtement qui est fait pour être montré fait pour être montré (dans un cadre souvent privé). Par la même occasion, les budgets qui correspondent à ce produit flambent et le la lingerie de luxe fait son apparition. Elle peut-être semi-transparent ou transparente, soyeuse (utilisation de textiles comme la soie dans les catégories de luxe), et rentre dans l’axe de la séduction. Progressivement les magasins spécialisés.

On note aujourd’hui prêt de 70 marques de lingerie féminine présentes dans le monde, pour seulement 16 marques dédiées aux hommes. Les marques les plus connues à travers le monde étant : Virctoria Secret et Wonderbra.

Contrairement aux idées reçues ces « petits bouts de tissus », font partie des vêtements les plus compliqués à réaliser. Ils peuvent contenir jusqu’à une trentaine d’éléments différents (fixations, bretelles, dentelles, broderies, armatures). Ils nécessitent jusqu’à une vingtaine de fibres et tissus divers (organiques ou synthétiques). Le travail manuel sur un soutien-gorge par exemple, peut prendre une trentaine de minutes de réalisation.


Conclusion :

Vous avez maintenant plus de connaissances sur les sous-vêtements et la lingerie. Une fois que vous aurez pris tous ces élément en compte, vous serez enfin prêt à faire votre choix.
En espérant que ces explications vous permettrons de facilier vos décision, et qu’elles vous auront permis d’un peu mieux connaître ce domaine. Maintenant c’est à vous de bien comparer !