Accueil

Le prix à payer, Joseph Fadelle

 

Livre écrit par Joseph Fadelle, le Prix à Payer est sorti lors de la soirée « La nuit des témoins » le 24 Mars 2010  à l’initiative de l’organisation AED, à l’église Saint Sulpice de Paris. Ce roman est un succès que ce soit pour son contenu que sur le plan commercial. Depuis sa sortie, le Prix à Payer s’est vendu à plus de 50 000 exemplaires .C’est le récit du  témoignage  d’un pratiquant de l’Islam converti au christianisme vers la fin des années 80.

Présentation du livre

L’écrivain est  installé en France vers la fin de l’année 2001 et a acquis la citoyenneté francaise depuis.

Le Prix à payer raconte l’histoire d’un jeune militaire d’origine chiite et pratiquant de l’Islam. Durant son service militaire, Mohamed Moussaoui a fait la rencontre d’un jeune militaire  chrétien de son âge avec qui il partage la chambre. De cette vie commune va naitre une grande complicité et un lien d’amitié entre les deux soldats, ce qui va créer un bouleversement dans la vie de Mohammed.

 

Revenu à la vie civile, il n'aura qu'une idée en tête : oublier l’islam et se vouer au christianisme. Une pure folie aux yeux de ses parents, sa famille et ses proches, et c'est inconcevable. En effet, la conversion de religion est punie par la loi islamique. Pour cela son entourage a fait tout leur possible pour lui faire changer d’avis mais leur effort était en vain. A cause de son obstination, Mohamed a enduré les intimidations, les coups, et par la suite  la prison et même jusqu’à la torture. Après son baptême Mohammed est  devenu Joseph, mais il a  continué  à vivre sous le supplice mais ne cédait pas. Une fatwa est prononcée à sa personne. Sa vie était mise en danger après que ses frères et d’autres pratiquants lui ont tabassé. Le prix à payer de Joseph Fadelle  est le récit incroyable de sa vraie vie.

 

Parole douteuse

 

Comme il le raconte dans son livre, Mohamed de son nom d’origine était très réticent à l’idée de cohabiter avec un chrétien. A cette époque, il méprisait les chrétiens puisque pour lui qui est un  descendant direct du prophète, ces derniers sont au même rang que les chiens. Mais le jeune homme de 23 ans n’y pouvait rien faire et a du se plier aux dispositions prises par ses supérieures, c'est-à-dire partager la chambre avec Massoud le chrétien. Au fil de leur cohabitation, Mohamed éprouvait des affections pour le chrétien grâce à la gentillesse et l’écoute que lui procure ce dernier. Dès lors, Mohamed commençait à convaincre Massoud que le chrétien est enduit à l’erreur et il est plus souhaitable qu’il se convertisse à l’Islam pour son propre bien.  Mais à sa grande surprise, Massoud lui renvoie l’ascenseur en lui faisant douter de l’Islam.

 

Au cours d’une permission, Mohamed s’est plongé dans la lecture du Coran pour y trouver des réponses aux allégations de Moussad. C’est tout au long de sa lecture que Mohamed découvrît les dessous des quelques versets de la  deuxième sourate. Il n’arrivait pas à cerner les règles de la séparation mais surtout la minime place qu’on accorde aux femmes dans la société. En effet, selon le Coran les sexes faibles sont considérées comme des moindres,  et ne possédant que  la moitié du cerveau d’un homme. De ce fait, Mohamed a cherché à comprendre cette théorie en allant voir un imam. Mais il n’a pas eu satisfaction puisque l’imam confirme ce qui est dit et rajoute même que « un homme peut faire l’amour n’importe où sauf à la mosquée, n’importe quand, sauf pendant le Ramadan, et de n’importe quelle manière ».Et à la fin de leur entrevue, l’imam lui a conseillé de revoir la vie du Prophète.

 

Vénérer Allah, rejeter Mahomet

 

En plongeant dans la vie de Mahomet, Mohamed a  ressenti de la désillusion puisque pour lui il n’est pas acceptable qu’un homme du rang du Prophète puisse se marier avec une petite fille de 7 ans. Mais encore, il a découvert que la septième femme du Prophète n’est autre que la conjointe de son fils adoptif. De ce fait, Mohamed a déduit que la vie et le comportement du Prophète ne sont pas dignes d’un serviteur d’Allah.

Même si la parole du Coran est douteuse à ses yeux, Mohamed croie plus que tout à la bonté d’Allah qui est pour lui le plus grand de tous. Et en  tant que descendants de la famille Moussaoui, Mohamed continue à afficher son dévouement à l’Islam et tente de convaincre Massoud que le christianisme est également un mirage.

 

La grande révélation

C’est au cours d’une nuit en l’absence de Massoud que l’appel d’en haut s’est présenté en lui. Cette nuit là, Mohamed a fais un rêve inoubliable qui se passe comme-ci : il tente de franchir un ruisseau, en vain, lorsque apparait un  homme vêtu d’un bel habit et se trouvant sur l’autre côté de la rive lui tend la main en lui disant : « pour franchir le ruisseau, il faut que tu manges le pain de vie». Sur le coup, il n’a rien compris et attendu l’arrivée de son camarade de chambre pour lui demander conseil. Sans hésitation, Massoud lui tendait la bible.

 

Plongé dans ses lectures il en oublie même la nourriture et ne s’arrêtait qu’après avoir lu le chapitre 6 de l’évangile de saint Jean dont le contenu se rapproche le plus de son rêve : « je suis le pain de vie, celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim ». Il s’est rendu compte que quelque chose d’extraordinaire lui est arrivé, comme une explosion, une illumination qui éclaire sa vie d’une lumière complètement nouvelle, un coup de foudre. Mohamed éprouve dans son intérieur  une sensation d’une force étonnante, une ardeur presque violente et amoureuse pour ce Jésus-Christ dont parlent les Évangiles. En même temps, il était conscient  qu’il y a dans son songe plus qu’un rêve : un appel, un message personnel. Le désir de manger ce pain de vie à tout prix était né en lui, même s’il n’a pas idée de ce que c’est vraiment. Il lui faudra encore  attendre treize longues années  pour pouvoir le comprendre.

 

Le contenant du livre

Globalement , le Prix à Payer  semble avoir délibérément contracté, au travers de l’ image d’une famille, toutes les facettes négatives possibles et envisageables que l’Occident peut avoir sur l’islam : supériorité masculine absolue, le désir   abusif  à travers l’exemple du grand-père demandant à prendre une quatrième épouse à 109 ans alors qu’il est mourant, fausseté dans la pratique religieuse à l’image d’un père qui repousse ses trois femmes puisque celles-ci ne peuvent plus engendrer , la valeur du clan, une exclusion dictatoriale de la femme aux tâches ménagères et son absence de la société , violence omniprésente, même chez les femmes. On peut donc entrevoir dans ce récit  l’ensemble des prétendus "défauts" imprégnés à l’islam. Car c’est bien d’une critique de l’islam dans son ensemble qu’il s’agit, et non seulement d’une famille.

Tout au long de l’ouvrage,  M. Fadelle reconnait  de particuliers fonctionnements  à une religion dans son ensemble, ce qui est inévitablement déformé. Son livre ne renferme aucune analyse, aucune référence hormis quelques paragraphes sur la femme. Le Prix à Payer ne raconte pas seulement la conversion de Joseph Fadelle, cet ouvrage est avant tout une longue et sombre critique d’une famille et l’ensemble d’une religion.

 

Critique à l’encontre du livre

A noter qu’au cours des interviews, intervention et dans plusieurs passages de son ouvrage, Joseph Fadelle affirme que selon le Coran, toute personne ayant quitté l’islam mérite la mort : "Tout musulman qui suit la règle coranique a le devoir de me tuer puisque j’ai quitté l’islam pour embrasser la religion chrétienne."  Il faut encore et toujours faire remarquer  que l’islam est favorable à  la liberté de conscience, comme l’exprime ce verset : "Nulle contrainte en religion" (2:256). C’est à la suite de ce fondement  que des associations chrétiennes ou juives existent et coexistent depuis des siècles dans de nombreux  pays musulmans. Et la plupart des guerres qui subsistent est l’œuvre de personnes et non pas de l’Islam. Puisque cette religion se veut être pacifique avec son entourage.

 

 

Le Prix à Payer de Joseph Fadel est une histoire réelle de son éditeur. Ce livre se dévore en quelques heures ou quelques jours, car il témoigne du parcours admirable d’un fort personnage au milieu d’une société cruelle et sans considération. C’est un sujet brulant sur la religion qui oppose les lois régissant les musulmans et chrétiens. Néanmoins, l’auteur n’incite pas ses lecteurs à répudier l’Islam.

 

Après ces quelques  avant goût du livre Le Prix à Payer, vous n’hésiterez plus à se le procurer. Et une fois dans les mains, vous ne le lâcherez plus.