Accueil

Les produits ménagers écologiques

Optez pour les recettes «faits maison»

 

L’écologie passe avant tout. L’avenir de nos progénitures est en jeu. Chaque élément nocif, qui se on trouve souvent dans la plupart des produits ménagers, déversé dans la nature porte atteinte à l’environnement et comme l’on prône actuellement, et ce depuis maintenant  plus de deux décennies le «développement durable», les ménagères ne peuvent plus se permettre de reproduire des erreurs de cette gravité. Chacun doit prendre conscience que les réserves naturelles sont de nos jours sérieusement menacées du fait des agissements de l’homme. Le seul être à même de renverser la tendance pour redonner vie à la planète.  

 

                                                              On n'est pas forcément obligé de recourir aux produits

                                                              industriels pour néttoyer les sols

 

Economique et écologique

 

Nombre sont les produits d’entretien d’intérieur proposés dans les rayons des grandes surfaces et que l’on veut qualifier d’écologiques mais le problème lié à la préservation de la nature subsiste toujours. Les organismes en charge de la protection de l’environnement ne cessent de crier haut et fort que le risque écologique va en grandissant.

 

Plus d’un se penchent désormais sur des recettes faites à la maison pour remplacer les produits d’entretien fabriqués habituels par les industriels. Ce sont les fameuses solutions qualifiées d’économiques et d’écologiques. En effet, celles-ci sont fabriquées avec les mêmes ingrédients que l’on utilise soi-même à la maison dont la plupart servent en cuisine. Les formules maisons, des solutions miracles, dirait-on, ne déplaisent pas ceux qui les ont déjà essayées. Le vinaigre blanc se trouve être à la base de ces préparations conçues chez soi et destinées au nettoyage. L’on parle alors d’un nettoyant multi-usage.

 

Alors, un mélange de vinaigre blanc et d’une pincée de sel est réputé être très efficace pour nettoyer les robinetteries. De même dans les salles de bains, le vinaigre pur élimine les pellicules de gras incrustées sur les baignoires. Les traces sur le rideau de douche passent également à la trappe. Les joints des carrelages peuvent aussi être débarrassés des taches et moisissures qui les envahissent avec du vinaigre blanc.  

 

Dans les chambres, vous pouvez vous servir encore une fois du vinaigre blanc pour redonner un éclat à vos vitres. Pour ce faire, la formule se résume à un mélange à quantités égales d’eau et de vinaigre blanc. Les recettes à base de vinaigre se montrent encore efficace pour lustrer sols et autres surfaces.

 

La propreté du vinaigre, en terme écologique, n’est plus à prouver. Celui-ci s’avère être également un produit d’entretien de premier choix pour les matériels électroménagers. Le détartrage des lave-linges et les lave-vaisselles peut se faire avec du vinaigre blanc. Les verres peuvent également être nettoyés  avec le même produit. Il est même possible de se servir de ce produit miracle pour blanchir les vêtements.

 

 

L'autre formule qui marche à tout le coup pou le nettoyage. En mélangeant 50 grammes de bicarbonate de soude, 25 centilitres d’ammoniaque, 15 centilitres de vinaigre blanc dans un litre d’eau chaude, l’on obtient un produit écologique très efficace pour nettoyer les sols. On peut se passer des produits industriels et les remplacer par une mixture faite de 200 grammes de bicarbonate de soude, 200 grammes de sel et 15 centilitres de vinaigre blanc à verser entièrement dans les canalisations. Pour obtenir un résultat optimal, laisser agir pendant 15 à 20 minutes avant de verser un grand seau d’eau chaude pour rincer.

 

L’eau de Javel est souvent utilisée pour enlever les taches sur les tissus mais l’alcool à 90° peut bien se charger de ce travail souvent fastidieux. Le jus d’orange peut procurer une agréable senteur d’agrume dans les toilettes tout en les nettoyant. Il suffit de disperser une ½ tasse de jus d’orange en poudre et le laisser agir quelques heures. Le sel de cuisine est bon pour redonner leurs couleurs aux tapis et moquettes. Il suffit d’y farder du sel fin et faire en sorte que le «produit miracle» pénètre bien avant de passer l’aspirateur quinze minute plus tard.

 

Il est également possible d’utiliser de l’huile d’olive à laquelle on a ajouté quelques gouttes d’huiles essentielles de citron. Faut-il savoir que les huiles essentielles s’adaptent à de nombreuses utilisations destinées aux nettoyages à l’intérieur de la maison ou à la restauration de certains matériels.

 

Certes, l’objectif est de faire des économie tout en préservant la nature mais cela ne veut pas dire que tout est permis dans la réalisation de ces recettes fait-maisons. En effet, certains mélanges entre les produits peuvent s’avérer dangereux car il peut s’en dégager des vapeurs toxiques. Il ne faut pas, par exemple, réunir le vinaigre et l’eau de Javel. Le résultat sera le même pour les autres produits qui contiennent ces composantes.

 

Il est aussi à noter que certains désinfectants et antiseptiques antibactériens, qui, dans un premier temps furent réservés à des usages hospitaliers, peuvent se montrer nocifs dans la mesure où ceux-ci, servant de nettoyants ménagers, génèrent d’autres types de bactéries réputés être très résistantes.

 

Les «écolos», des biodégradables

 

                                           Vérifier si l'emballage du produit porte le logo de la norme NF Environnement

 

A défaut de connaître les recettes de la grand-mère pour confectionner son propre nettoyant économique et écologique, il faut se rabattre sur les produits fabriqués par les industriels mais qui sont classés écologiques. Et oui, il en existe qui ne garantissent pas du tout la protection de l’environnement et encore moins la préservation de la santé.

 

Il est alors conseillé d’acheter des produits écologiques, des produits biodégradables ou des produits bio. Pour reconnaître ces produits, il faut vérifier si le flacon les contenant ou leurs emballages comporte les labels appropriés aux articles écologiques ou biodégradables. Parmi ces labels que l’on peut qualifier de officiels, l’on peut citer le label «NF Environnement» ou la petite fleur bleue de «l’éco-label européen».  

 

Cependant, certains industriels s’autoproclament protecteurs de l’environnement et impriment sur les étiquettes de leurs produits des labels de toute sorte. Il faut en effet être vigilant sur les déclarations affichées sur les emballages de certains produits : «préserve l’environnement» ; «produits verts» ; «non polluant» ; ou encore «protège la planète» Ces articles ne garantissent rien que ce soit pour la nature que pour les utilisateurs car ces déclarations n’ont pas fait l’objet de contrôle par un organisme spécifique mandaté pour ce genre de contrôle. Celles-ci peuvent également être abusives.

 

Quoi qu’il en soit, le plus sage serait d’opter pour des emballages recyclables. Les aérosols ne sont pas très bien indiqués et le mieux serait de se servir le moins souvent possible de produits nettoyants.

 

Utiliser des produits écologiques faits-maison ou optez pour des produits industriels garantissant les normes écologiques en vigueur constitue déjà un grand pas vers la préservation de la nature mais l’utilisation de ces actes  ne se limitent pas à une utilisation responsable de ces produits écologiques.

 

Des gestes qui sauvent la planète

 

Tout ceci afin de mieux préserver la nature

 

La protection de la nature n’est pas une tâche ponctuelle que l’on s’acquitte une fois dans sa vie. En effet, il s’agit d’un travail dans lequel il faut s’engager tout au long de sa vie. Ceci commence par ce qu’on qualifie dans le jargon environnemental d’éco-geste. C’est un geste banal de la vie de tous les jours comme aller au travail, se promener, nourrir ses animaux domestiques, qui prend en considération les valeurs du développement durable, c’est-à-dire : la protection de l’environnement, l’équité sociale, la solidarité, le principe de responsabilité et de précaution.

 

Les éco-gestes sont ces gestes citoyens que chacun peut accomplir aisément dans sa vie de tous les jours et où qu’il soit. Pour adopter se comportement, il suffit de prendre conscience des conséquences sociales ou environnementales de chacun de nos actes et de changer ses mauvaises habitudes.

 

Parmi ces gestes, on peut citer par exemple : trier les déchets ; penser à économiser l’eau ; prendre le reflexe d’éteindre les lumières lorsqu’on n’a a pas besoin ; opter pour des moyens de transport non polluant ou encore consommer de façon responsable. La finalité, rappelons-le est la préservation de la planète afin de garantir un avenir meilleur pour les générations futures. Le principe même du concept de développement durable est basé sur la satisfaction des besoins présents de chacun tout en faisant en sorte que les générations futures puissent subvenir à leurs propres besoins.

 

Alors, par rapport à cela, l’on doit dire que les gestes écologiques doivent être automatiques pour un bon citoyen digne de ce nom. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. D’autant plus que tous les pays du monde entier ont pris l’engagement d’atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d’ici 2015. Des objectifs qui tiennent compte de ces soucis écologiques. Tout le monde est impliqué dans cette entreprise, qui, il faut le  rappeler, n’est pas du tout aisé. Le plus important pour démarrer est de prendre conscience que les générations futurs ont également les mêmes besoins que les peuples actuels.