Accueil

Les récupérateurs d’eau de pluie

Introduction :

Vous souhaitez récupérer l’or bleu ? Bien-choisir est là pour vous aider à mieux comprendre et bien comparer votre récupérateur d’eau de pluie en tenant compte des normes sanitaires.

Image

Un peu d’histoire pour commencer :

Pourquoi récupérer de l’eau de pluie, nous dirait note voisin…  Et bien cela remonte à la préhistoire. L’Homme a toujours récolté l’eau de pluie, la récupération d’eaux pluviales existe donc depuis des millénaires ! Pour ne pas remonter aussi loin prenons l’exemple des romains et leurs aqueducs. Et oui le ciel leur est bien tombé dessus mais pas sur la tête ! L’eau a toujours eu une valeur importante, voir même précieuse dans beaucoup de culture, encore aujourd’hui. Nous le constatons malheureusement dans les pays arides comme sur le continent africain.

Et si je vous disais que l’eau devient rare même en France… Souvenez-vous des dernières sécheresses, celle de 2003 et 2006. Si nous prenons note selon un bulletin de météo France de l’époque nous soulignons cela « les précipitations relevés lors de la saison hydrologique, entre le 1er octobre 2005 et le 31 mars 2006, ont été inférieurs à la normale sur une grande partie de la France ».

Quel bilan pluviométrique… les pluies ont bien été rares. Alors pourquoi, monsieur le voisin, ne pas récupérer l’eau de pluie qui tombe gratuitement dans mon jardin, au lieu de la rejeter vers les réseaux d’assainissements. Surtout lorsqu’on connait les dérèglements climatiques que nous subissons d’année en année.

De plus, faire de la récupération d’eau de pluie n’a pas qu’un aspect écologique, mais a un aspect économique. Saviez-vous que l’eau distribuée en France augmente de manière forte et continue : plus de 38% entre 1995 et 2005 et cette augmentation sera soutenue jusqu’en 2015. Attention ce n’est pas l’eau en elle-même qui coute cher mais son traitement et son acheminement au robinet.  Installer un récupérateur d’eau de pluie permet donc de réduire les factures d’eau et est fiscalement déductible.

Image

Informations sur le crédit d’impôts pour les récupérateurs d’eau de pluie :

Grace à la loi de finances 2006, il est possible de bénéficier d’un crédit d’impôt sur les systèmes de récupération d’eau de pluie, sous certaines conditions (jusqu’au 31 décembre 2012) pour plus d’informations je vous invite à cliquer ici.  Cependant, il faut que vos produits (récupérateur d’eau de pluie, réservoirs, pompes de puits, filtration, économiseurs d’eau…) répondent aux préconisations de la loi.

Sur ce, si vous êtes un anti-gaspilleur (se) vous êtes tombé au bon endroit pour choisir votre mode de récupération d’eau de pluie.

Les avantages  d’avoir un récupérateur d’eau pluviale:

  • Arroser son jardin, laver sa voiture, remplir sa piscine sans gaspiller et tout cela gratuitement

  • L’eau de pluie est meilleure que celle du robinet (sans calcaire)

  • L’eau de pluie est bonne pour vos plantations

  • L’eau de pluie n’attaque pas les appareils électroménagers

  • C’est une ressource naturelle et inépuisable

  • Vous réduisez sur un an en moyenne 40 à 50% le cout de vos consommations d’eau pour une famille de 4 personnes

  • La douceur de l’eau de pluie est bonne pour la peau

  • Vous utilisez moins de détergeant donc une économie de 200 à 250 euros/an pour une famille de 4 personnes

  • Alternative aux restrictions de consommation d’eau lors des périodes estivales.
Très bon article et source de cette information disponible sur   www.aquavalor.fr

Image

L’installation de votre récupérateur d’eau pluviale :

Petites précautions avant de passer commander et d’installer le récupérateur d’eau de pluie. Prévoir tous détails les concernant la livraison, le déchargement, l’accessibilité, l’acheminement sur le site et la mise en place de la citerne. En sachant, que les caractéristiques de la citerne sont très importantes dans cette étape de pré-installation car la largeur et surtout le poids de la citerne vont déterminer le type d’engin à prévoir.

Sinon le principe est simple, la pluie qui tombe sur le toit de la maison est canalisée dans les gouttières qui elles sont reliées à une cuve. Une pompe électrique permet d’acheminer l’eau de la cuve vers la maison où elle peut alimenter les sanitaires et appareils ménagers. Votre eau de pluie peut devenir potable si et seulement si le circuit est raccordé à un osmoseur et sous réserve d’une analyse chimique préalable.



Etape 1 : Où sera installée la réserve d’eau ?


  • En extérieur aérien

  • En extérieur enterré

  • En intérieur (cave, sous-sol…)


Etape 2 : La nature du sol :

  • Vérifier si la nature du sol est compatible avec la mise en place de la cuve

  • Vérifier la profondeur de la nappe phréatique

  • Une cuve doit toujours être enterrée dans sa totalité

  • Il ne doit jamais avoir plus d’un mètre entre la cuve et la surface du sol

Image

Etape 3 : Utiliser les bons tuyaux

Lors de son circuit de récupération, la circulation de l’eau est sa première étape. Le collecteur de gouttière permet de relier une descente d'eau de pluie à un réservoir ou une cuve. Faire attention aux différents modèles de récupérateur d’eau pluviale et suivre les consignes des fabricants.

L’eau qui arrive dans le collecteur est filtrée pour empêcher les salissures (brindilles, feuilles…) Par contre si vous optez pour un bec d’écoulement, qui est plus facile à monter, lui ne dispose pas de filtre contre les impuretés.

Les impuretés en suspension dans la cuve sont évacuées par un siphon de trop plein qui  a également pour fonction d’empêcher la remontée de mauvaises odeurs.

Une pompe de surface munie d’une crépine d’aspiration permet d’exploiter l’eau stockée dans la cuve ou citerne. Pour un usage en habitation il est préférable de privilégier l’utilisation d’une pompe gestionnaire eau de ville ou eau de pluie.

L’installation d’un récupérateur d’eau de pluie est simple et facile à nettoyer. Il peut récupérer 80 à 90 % de l’eau qui tombe sur le toit pour une averse.

Petite astuce pour l’hiver :

Le collecteur d’eau ou récupérateur d’eau pluviale ou récupérateur d’eau de pluie, peut être muni d’un passage de position été à position hiver, selon les modèles, ce qui vous permet de ne pas utiliser la cuve pendant les mois d’hiver pour éviter les risques liés au gel.

Image

Conclusion :

J’espère que vous aurez trouvé votre bonheur grâce à ces explications et que vous saurez faire le bon choix.