Accueil

Quelles ampoules choisir?

Quand le problème énergétique et l’écologie changent la donne

 

 

Avoir des pièces bien éclairées chez soi et accrocher dans les chambres les luminaires à la mode très demandées sur le marché de la décoration de nos jours. C’est le rêve de tout être qui investit pour leur habitation. Or, depuis quelques années, le choix des luminaires est tributaire des ampoules qui sont disponibles dans les rayons des magasins de bricolage et des grandes surfaces et surtout, celles qui sont encore autorisées à la vente. En effet, il n’est plus question d’utiliser les ampoules qui nous semble convenir le mieux à l’esprit de notre pièce. Le problème énergétique, devenu actuellement, un souci planétaire, et les exigences écologiques ont changé la donne.
 

 

Economie d’énergie à tout prix

 

 

La diminution des sources énergétiques et le  problème de lié à la préservation de l’environnement a fait que les grandes puissances économiques, aient pris l’engagement de réduire de manière drastique leurs consommations d’énergie dans un double objectif : gérer les sources d’énergie, celles qui ne se sont pas encore taries et prévenir les effets du changement climatique pour les générations futures. La production et la vente de certaines catégories d’ampoules ont été interdites sur tout le territoire de l’Union Européenne. C’est ainsi alors que depuis le 1er septembre 2009, les ampoules domestiques produites pour le marché de l'UE doivent satisfaire à des critères minimums en matière de consommation énergétique. Les ampoules à incandescence et halogènes traditionnelles qui ne répondent pas à ces exigences seront progressivement retirées du marché de l'UE d'ici à la fin 2012.

                                                                                         Les lampes à incandescence

                                                                                        disparaîtront du marché d'ici 2012.

Ainsi, l’UE, par le biais de Günther H. Oettinger, Commissaire européen chargé de l'énergie, explique que les anciennes ampoules à incandescence de grosse consommation d’énergie, c’est-à-dire, dépassant les 100 watts ont été retirées des rayons des commerces afin de commencer la transition vers un éclairage plus écologique. Toutes les ampoules ne pourront plus être accrochées aux douilles des chambres d’habitation. De cette façon, selon toujours ce technicien, le continent aura économisé d’ici 2020 assez d’énergie pour alimenter en électricité 11 millions de ménages par an. Les ménages européens économiseront par la même occasion 25 euros par an sur le budget qu’il alloue annuellement à l’électricité.

 

Ce positionnement de la communauté européenne a engendré inévitablement une remise en question au niveau des industriels, ceux qui travaillent dans les secteurs touchés par ces mesures. Ces professionnels ont ainsi créé une nouvelle génération d’ampoules à même de répondre aux nouvelles réglementations de l’Union européenne.
…, et les ampoules économiques furent

 

Les nouvelles directives ont été alors très vite adoptées au niveau des industriels. Ils ont fabriqué des ampoules modernes à faible consommation offrant les mêmes avantages que leurs ainées, et plus encore. C’est ainsi que sont nées les fameuses ampoules économiques à basse consommation. Les consommateurs ne pouvaient qu’en faire la découverte et l’utilisation de ces sources lumineuses était devenue au début un véritable casse-tête «chinois». Les annonces faites font état d’une diminution de 75% des consommations d’électricité avec ce nouveau type d’ampoules et ce par rapport à l’utilisation de la traditionnelle lampe à incandescence.

 

S’en suivaient d’autres inventions. Les lampes halogènes à tension de secteur ne répondant pas aux nouvelles exigences d'efficacité énergétique fixées pour les lampes à usage domestique et ce  contrairement aux lampes basse tension, des produits de substitution ont vite fait leur apparition dans les commerces. L’ampoule halogène, qui malgré les efforts fournis par leur fabricants restent associées à une consommation d’énergie toujours importante. Il en existe des modèles avec une puissance de 500 watts. Cependant, il faut savoir qu’une ampoule halogène avale 30% d’énergie en mois que l’ancienne ampoule à laquelle les ménages ont été habitués durant des décennies. Les lampes halogènes ont une durée de vie équivalente au double de celle des ampoules munies de filament en tungstène. Ces modèles d’ampoules économiques sont proposés avec un format d’ampoule standard.   

 

                                                                                          Lampe fuocompacte

 

La lampe fluocompacte ou lampe à basse consommation (LBC), ce sont en fait des lampes fluorescentes obtenue grâce au pliage d’un tube fluorescent. La fluorescence nait de la lumière ultraviolette qui se produit lorsqu’on envoie une décharge électrique dans un gaz composé de vapeurs de mercure. La lumière est le résultat de la rencontre de ces ultraviolets avec la paroi de l’ampoule qui est recouverte d’une poudre fluorescence. A noter aussi que les tubes fluorescents sont classés dans la catégorie des lampes à basse consommation. Seulement, ces derniers, du fait de la lumière assez froide qu’ils produisent ne sont pas très bien appréciés des foyers.
Les ampoules à basse consommation font la différence grâce à une efficacité lumineuse, mesurée en «lumens», plus élevée, voire très élevée par rapport aux lampes d’ancienne génération. Une efficacité lumineuse élevée signifie que l’ampoule apportera beaucoup de lumière pour une faible consommation électrique.
 

 

 

Les LED volent la vedette

 

 

Les Diodes électroluminescence ou LED (Light Emitting Diode) sont les derniers à débarquer sur le marché des lampes à basse consommation. Celles-ci ont comme avantage de produire de la lumière en absorbant très peu d’énergie. Leur durée de vie est également plus longue. Malgré le fait que le dispositif introduit dans ces ampoules, nécessite des matériaux onéreux et leur puissance encore limitée, les LED semblent voler la vedette aux autres lampes de sa catégorie.
En résumé, quel que soit le modèle, les ampoules économiques partent à peu-près sur les mêmes bases : une meilleure efficacité lumineuse, qui fait que ces lampes transforment 80% de l’énergie consommée en lumière contre 5% seulement pour les ampoules à incandescence.

                                                                                      Le LED, pour l'éclairage du futur.

 

Malgré cela, ces nouveaux produits ne sont pas encore irréprochables. Ainsi, si les LED coûtent encore très cher et restent limités par leur faible capacité d’éclairage, les lampes fluocompactes sont plutôt adaptées à un usage restreint. C’est-à-dire, celles-ci sont plus particulièrement se portent mieux avec un usage durable. Ces sources d’éclairage ne supportent pas une utilisation fractionnée. Le temps de latence des ampoules à basse consommation reste également leur grand défaut. Celles-ci mettent un certain temps avant d’émettre de la lumière. Enfin, certains modèles de lampes fluocompactes ne sont pas toujours compatibles à un usage avec un variateur de lumière.

 


L’autre problème crucial lié à l’utilisation de ces nouvelles générations d’ampoules concerne leur recyclage. Certains modèles contiennent de substance polluante, c’est le cas des lampes fluocompactes ou encore les LED. Ces dernières renferment du mercure et présentent de réelle menace au cas où elles se brisent.
 

 

 

Les emballages fournissent tout

 

 

Face à tous ces enjeux planétaires et devant les multitudes de variétés de produits que les fabricants d’ampoules proposent sur les marchés, les consommateurs, tiendront bien évidemment compte de ces facteurs que sont consommation d’énergie et souci écologique mais ils ne doivent pas oublier non plus qu’ils sont tenus de bien s’informer sur un produit avant de prendre la décision d’acheter. D’ailleurs, les nouvelles réglementations en matière énergétique exigent que les fabricants inscrivent sur l’emballage des informations précisent sur chaque ampoules. L'étiquette énergie renseigne sur la consommation en électricité et l’efficacité de la lampe, l’écolabel européen garantissant que le fabricant s’engage à la préservation de l’environnement, la durée de vie de l’ampoule est impérativement indiquée sur son emballage.  

 

Avoir un large choix d’ampoules de nouvelle génération, en l’occurrence, les lampes à basses consommation est une chose mais savoir lesquelles prendre en est une autre. Alors,  il ne suffit pas de tout savoir sur les ampoules économique pour être sûr de faire le bon choix lorsqu’il est question d’investissement dans la maison. Aussi, faut-il savoir à quelle utilisation est destinée l’ampoule que l’on souhaite acheter. Se conformer à un certain principe de base est de mise.

 

Il est une règle de ne pas oublier c’est de ne jamais choisir une ampoule dont la puissance et l’intensité dépasseraient celles indiquées sur le luminaire. En règle générale, on consacre 15 à 20 watts par mètre carré pour les pièces à vivre et 10 à 15 watts pour les chambres dans lesquelles on passe le moins de temps. Il faut diviser ces chiffres par cinq, si l’on fait usage d’ampoule à basse consommation. Trois critères doivent être pris en compte lorsqu’on choisit une ampoule à savoir sa forme, la technologie qu’elle utilise et son aspect.

 

Il convient de dire qu’une ampoule à incandescence est plus adaptée dans toutes les pièces de la maison selon que leur verre est clair ou dépoli, la lumière sera plus ou moins vive. Par contre, il serait mieux de se servir d’une lampe à économie d’énergie dans les pièces où la lumière doit rester longuement allumée. Enfin, les ampoules halogène, utiles pour lire ou travailler, seront enjouées dans les pièces à vivre. Alors, le choix des ampoules doit partir des usages que l’on souhaite en faire tout en tenant compte des exigences en matière énergétique et écologique.